Montesquieu bibliothèque & éditions

Éditions fictions poesies lettres persanes [LETTRE SUPPLEMENTAIRE 3]

Variantes réduire la fenêtre

VAR1 c [autographe] De Sm Venise

Lettres Persanes

[LETTRE SUPPLEMENTAIRE 3] 1

Ibben à Usbek.
A Paris.

Mon cher Usbek, il me semble que, pour un vrai musulman, les malheurs sont moins des châtimens que des menaces. Ce sont des jours bien précieux que ceux qui nous portent à expier les offenses 2 . C’est le temps des prospérités qu’il faudroit abréger. Que servent toutes ces impatiences, qu’à faire voir que nous voudrions être heureux, indépendamment de celui qui donne les félicités, parce qu’il est la félicité même 3  ?

Si un être est composé de deux êtres, & que la nécessité de conserver l’union marque plus la soumission aux ordres du créateur, on en a pu faire une loi religieuse : Si cette nécessité de conserver l’union est un meilleur garant des actions des hommes, on en a pu faire une loi civile 4 .

De Smirne , le dernier jour de la lune de Saphar 1715 5 .




Annotations réduire la fenêtre detacher la fenêtre

1 Première publication : Œ58, où cette lettre porte le numéro 77. Pour la genèse de cette lettre, voir les Cahiers de corrections, Introduction et Lettre 74.

2 Même notion dans Job : « Heureux l’homme que Dieu corrige lui-même. Ne rejetez donc point le châtiment du Seigneur. » (V, 17 ; cf. Hébreux, XII, 7) Saint Augustin maintient que « quand [Dieu] me tourmente dans l’adversité, c’est pour évaluer mes mérites ou châtier mes péchés ; mais en compensation de mes maux temporels, pieusement supportés, il me réserve une récompense éternelle » (La Cité de Dieu , I, 29, trad. Gustave Combès revue par Goulven Madec, Paris, Institut d’études augustiniennes, 1993).

3 Le vrai bonheur n’est évidemment pas de ce monde, selon la théologie tant chrétienne que musulmane, félicité étant justement le terme qui dans le vocabulaire religieux renvoie au bonheur éternel.

4 Cette lettre est manifestement destinée à réfuter en partie (ou plutôt à nuancer) la Lettre 74, en particulier à cause des accusations de l’abbé Gaultier, Les Lettres persanes convaincues d’impiété, p. 94 -100. Sur son poids relatif, voir Jean Goldzink, La Politique dans les Lettres persanes , ENS Fontenay - Saint-Cloud, 1988, p. 42-44 ; elle est surtout le résultat d’un processus d’atténuation considérable (voir les Cahiers de corrections) qui permet à Montesquieu de rester ferme sur sa défense du suicide : voir l’annotation de la Lettre 74 et notre introduction.

5 Erreur chronologique exceptionnelle : cette réponse à la Lettre 74 de Paris est écrite de Smyrne seulement quinze jours plus tard. Elle s’ajoute à une erreur de Montesquieu sur le manuscrit : Smyrne au lieu de Venise, rectifiée par le secrétaire S (c’est Rhedi qui se trouve à Venise ; toutes les lettres d’Ibben sont de Smyrne).