Montesquieu bibliothèque & éditions

Éditions fictions poesies lettres persanes [LETTRE SUPPLEMENTAIRE 2]

Variantes réduire la fenêtre

VAR1 C eunuque. ¶Au sérail d'Ispahan

VAR2 a ce lieu charmant qu’il a quitté

VAR3 a, c | ceux qui gardent ses femmes | ses gardiens

VAR3 b de ses gardiens

VAR4 C Grands dieux

VAR5 a, b mon esprit

VAR5 c l’esprit

VAR6 C comment il faut que je me conduise |je dois me conduire|

Lettres Persanes

[LETTRE SUPPLEMENTAIRE 2] 1

Jaron au premier eunuque .

A mesure qu’Usbek s’éloigne du serrail ; il tourne sa tête vers ses femmes sacrées  : il soupire, il verse des larmes : sa douleur s’aigrit, ses soupçons se fortifient. Il veut augmenter le nombre de leurs gardiens . Il va me renvoyer, avec tous les noirs qui l’accompagnent. Il ne craint plus pour lui : il craint pour ce qui lui est mille fois plus cher que lui-même.

Je vais donc vivre sous tes loix, & partager tes soins. Grand dieu  ! qu’il faut de choses pour rendre un seul homme heureux !

La nature sembloit avoir mis les femmes dans la dépendance, & les en avoir retirées 2  : le désordre naissoit entre les deux sexes, parce que leurs droits étoient réciproques. Nous sommes entrés dans le plan d’une nouvelle harmonie : nous avons mis, entre les femmes & nous, la haine ; &, entre les hommes & les femmes, l’amour.

Mon front va devenir sévère. Je laisserai tomber des regards sombres. La joie fuira de mes lèvres. Le dehors sera tranquille, & l’esprit inquiet. Je n’attendrai point les rides de la vieillesse, pour en montrer les chagrins 3 .

J’aurois eu du plaisir à suivre mon maître dans l’occident : mais ma volonté est son bien. Il veut que je garde ses femmes : je les garderai avec fidélité. Je sçais comment je dois me conduire avec ce sexe, qui, quand on ne lui permet pas d’être vain, commence à devenir superbe ; & qu’il est moins aisé d’humilier, que d’anéantir. Je tombe sous tes regards.

De Smirne, le 12 de la lune de Zilcadé 1711.




Annotations réduire la fenêtre detacher la fenêtre

1 Première publication : Œ58, où cette lettre porte le numéro 22.

2 Voir Pensées, nº 1630.

3 L’un des effets de l’ajout de cette lettre, qui répond à la Lettre Supplémentaire 1, est de renforcer non seulement le thème de l’antipathie entre femmes et eunuques, mais celui du malheur intrinsèque à la condition de ces derniers. Dans les Pensées (n o 1617 : voir les Textes repris dans les Pensées ), ce paragraphe apparaissait sous forme d’une prescription ou d’un conseil du Grand eunuque.