Montesquieu bibliothèque & éditions

Éditions fictions poesies lettres persanes LETTRE XLVII

Variantes réduire la fenêtre

VAR1 Œ58 Et

VAR2 a c’est une chose qui sera tres utile à

VAR3 a ce sont la

VAR4 B [cartonné]  : vous êtes

Lettres Persanes

LETTRE XLVII.

Rica à Usbek.
A ***.

Etant l’autre jour dans ma chambre je vis entrer un Dervis extraordinairement habillé : sa barbe descendoit jusques à sa ceinture de corde ; il avoit les pieds nuds ; son habit étoit gris, grossier, & en quelques endroits pointu : le tout me parut si bisarre, que ma premiere idée fut d’envoyer chercher un Peintre, pour en faire une fantaisie 1 .

Il me fit d’abord un grand compliment, dans lequel il m’apprit qu’il étoit homme de merite, & de plus Capucin 2  : on m’a dit, ajoûta-t-il, Monsieur, que vous retournez bien-tôt à la Cour de Perse, où vous tenez un rang distingué : je viens vous demander votre protection, & vous prier de nous obtenir du Roi une petite habitation auprès de Casbin 3 , pour deux ou trois Religieux. Mon Pere, lui dis-je, vous voulez donc aller en Perse ? Moi, Monsieur, me dit-il ? Je m’en donnerai bien de garde ; je suis ici Provincial 4  ; & je ne troquerois pas ma condition contre celle de tous les Capucins du monde. Eh que Diable me demandez-vous donc ? C’est, me répondit-il, qui si nous avions cet Hospice, nos Peres d’Italie y enverroient deux ou trois de leurs Religieux. Vous les connoissez apparemment, lui dis-je, ces Religieux. Non, Monsieur, je ne les connois pas. Eh morbleu, que vous importe donc qu’ils aillent en Perse ! C’est un beau projet de faire respirer l’air de Casbin 5 à deux Capucins ; cela sera très-utile & à l’Europe, & à l’Asie ; il est fort nécessaire d’interesser là-dedans les Monarques. Voilà ce qui s’appelle de belles Colonies : allez, vous & vos semblables n’êtes point faits pour être transplantez, & vous ferez bien de continuer à ramper dans les endroits, où vous vous êtes engendrés.

A Paris le 15. de la Lune de Rhamazan 1713.




Annotations réduire la fenêtre detacher la fenêtre

1 Un petit portrait. « Fantaisie, Se dit aussi, pour signifier Une chose inventée à plaisir, & dans laquelle on a plustost suivi le caprice que les regles de l’Art. Une fantaisie de Peintre. » ( Académie , 1718).

2 « Religieux, ou Religieuse de l’Ordre de St. François [fondé en 1528] de la plus étroite observance. Ils portent des capuchons pointus, & sont vestus de gris. Ils vont toûjours nuds pieds, jamais en carrosse, & les hommes ne rasent jamais leur barbe. » (Furetière, 1690, art. « Capucin »).

3 « Casbin ou Caswin, Ville de Perse, dans la province d’Airach […] située au pied des montagnes en allant d’Ispahan à la mer Caspienne. On dit qu’aprés [Ispahan], Casbin est une des plus grandes & des mieux peuplées de toute la Perse […] » (Moreri, », 1704, t. II, p. 93 et 1718, t. II, p. 127 ) Chardin y avait signalé la présence de quarante familles chrétiennes (t. III, p. 25). Il décrit une maison de Capucins à Ispahan qu’ils maintenaient à leurs propres frais : « Cette maison n’est pas une maison du Roi, comme celle des Augustins & des Carmes, elle appartient aux Capucins en propre, aïant été bâtie & le fonds achetté de leurs deniers. Ils vinrent en Perse au commencement du regne de Sefi premier, il y a environ quatre-vingt ans, & ils y furent reçus à la recommendation du Roi de France. C’étoit durant le Ministere du Cardinal de Richelieu. Le fameux Pere Joseph, Capucin, obtint cette recommandation en faveur de son ordre, qui fit les fraix de l’établissement. » (Chardin, t. VIII, p. 106-107).

4 « C’est le Religieux qui est chef des Religieux de sa province, & qui met & change des Religieux comme il lui plaît […] » (Richelet, 1680).

5 Chardin dit des Capucins qu’il avait rencontré à Tifflis qu’ils « n’entretenoient pas leurs Missions par aucun fruit considerable qu’elles fissent, mais pour l’honneur de l’Eglise Romaine » (t. II, p. 163). Sur le prosélytisme, cf. Lettre 83 et Spicilège , nº 382 : « Nos missionnaires perdent leur temps dans les pays des Turcs […] » L’occultation du prosélytisme (le capucin ne parle nullement de mission ou de conversion) peut apparaître comme de l’hypocrisie. Des Romains (XX-XXIII) à L’Esprit des lois (XXIV), Montesquieu ne cessera de proclamer que, chaque religion s’étant constituée en fonction du pays où elle est née, de ses mœurs comme de son climat, le christianisme, pas plus que les autres, ne peut être transplanté. Voir aussi « Le roi du Tibet à la congrégation de la Propagande », Pensées , nº 1609 (voir Textes repris dans les Pensées ).