Montesquieu bibliothèque & éditions

Éditions fictions poesies lettres persanes LETTRE CXLIX

Variantes réduire la fenêtre

VAR1 Œ58 que dis-je

VAR2 C, Œ58 Zélis

Lettres Persanes

LETTRE CXLIX.

Solim à Usbek.
A Paris.

Je me plains, magnifique Seigneur ; & je te plains : jamais serviteur fidelle n’est descendu dans l’affreux desespoir où je suis : voici tes malheurs & les miens : je ne t’en écris qu’en tremblant.

Je jure par tous les Prophetes du Ciel, que depuis que tu m’as confié tes femmes, j’ai veillé nuit & jour sur elles ; que je n’ai jamais suspendu un moment le cours de mes inquietudes : j’ai commencé mon ministere par les châtimens ; & je les ai suspendus, sans sortir de mon austerité naturelle.

Mais que te dis-je  ? Pourquoi te vanter ici une fidelité qui t’a été inutile : oublie tous mes services passez : regarde-moi comme un traitre ; & punis-moi de tous les crimes que je n’ai pû empêcher.

Roxane, la superbe Roxane, ô Ciel ! à qui se fier desormais ? Tu soupçonnois Zachi 1 , & tu avois pour Roxane une securité entiere : mais sa vertu farouche étoit une cruelle imposture ; c’étoit le voile de sa perfidie : je l’ai surprise dans les bras d’un jeune homme qui, dès qu’il s’est vû decouvert, est venu sur moi : il m’a donné deux coups de poignard : les Eunuques accourus au bruit, l’ont entouré. Il s’est défendu long-tems, en a blessé plusieurs : il vouloit même rentrer dans la chambre, pour mourir, disoit-il, aux yeux de Roxane : mais enfin il a cedé au nombre ; & il est tombé à nos pieds.

Je ne sçais si j’attendrai, sublime Seigneur, tes ordres severes : tu as mis ta vangeance en mes mains ; je ne dois pas la faire languir.

Du Serrail d’Ispahan le 8. de la Lune de Rebiab 1. 1720.




Annotations réduire la fenêtre detacher la fenêtre

1 La « correction » (variante 2) est difficilement justifiable : Zachi est la seule à avoir été accusée directement par Usbek (Lettre 19), et plus tard elle a été trouvée seule avec une de ses esclaves (Lettre 139). Toutefois, Zephis semble aussi avoir été dénoncée au début du roman (Lettre 3), et Zelis et Zachi ont été toutes deux punies par Solim (Lettre 148).