Montesquieu bibliothèque & éditions

Éditions fictions poesies lettres persanes LETTRE CXLV

Variantes réduire la fenêtre
Lettres Persanes

LETTRE CXLV.

Usbek à Solim.
Au Serrail d’Ispahan.

Je te mets le fer à la main. Je te confie ce que j’ai à present dans le monde de plus cher, qui est ma vangeance : Entre dans ce nouvel emploi : mais n’y porte ni cœur, ni pitié : j’écris à mes femmes de t’obéïr aveuglément : dans la confusion de tant de crimes, elles tomberont devant tes regards. Il faut que je te doive mon bonheur, & mon repos : rends-moi mon Serrail comme je l’ai laissé ; mais commence par l’expier 1  : extermine les coupables ; & fais trembler ceux, qui se proposoient de le devenir. Que ne peux-tu pas esperer de ton Maître pour des services si signalez ? Il ne tiendra qu’à toi de te mettre au dessus de ta condition même, & de toutes les recompenses, que tu as jamais desirées.

A Paris le 4. de la Lune de Chahban 1719 2 .




Annotations réduire la fenêtre detacher la fenêtre

1 Emploi rare, semble-t-il, de ce verbe qui doit retenir le sens du latin expiare, purifier par des expiations.

2 En réponse à deux lettres (143 - 144) qu’il a dû recevoir en même temps, Usbek en écrit trois le même jour (145- 147).