Montesquieu bibliothèque & éditions

Éditions fictions poesies lettres persanes LETTRE XIII

Variantes réduire la fenêtre

VAR1 C, Œ58 demandez

VAR2 B, C, Œ58 Mettez

VAR3 C, Œ58 pas honte

Lettres Persanes

LETTRE XIII.

Usbek au même.

Je ne sçaurois assez te parler de la Vertu des Troglodites. Un d’eux disoit un jour : mon pere doit demain labourer son champ ; je me leverai deux heures avant lui ; & quand il ira à son champ, il le trouvera tout labouré.

Un autre disoit en lui-même : il me semble que ma sœur a du goût pour un jeune Troglodite de nos parens ; il faut que je parle à mon pere, & que je le détermine à faire ce mariage.

On vint dire à un autre, que des voleurs avoient enlevé son troupeau. J’en suis bien fâché, dit-il, car il y avoit une genisse toute blanche 1 , que je voulois offrir aux Dieux.

On entendoit dire a un autre : il faut que j’aille au Temple remercier les Dieux ; car mon frere, que mon pere aime tant, & que je cheris si fort, a recouvré la santé.

Ou bien il y a un champ, qui touche celui de mon pere, & ceux qui le cultivent, sont tous les jours exposés aux ardeurs du Soleil ; il faut que j’aille y planter deux arbres, afin que ces pauvres gens puissent aller quelque fois se reposer sous leur ombre.

Un jour que plusieurs Troglodites étoient assemblés ; un vieillard parla d’un jeune homme, qu’il soupçonnoit d’avoir commis une mauvaise action, & lui en fit des reproches. Nous ne croyons pas qu’il ait commis ce crime, dirent les jeunes Troglodites ; mais s’il l’a fait, puisse-t-il mourir le dernier de sa famille 2 .

On vint dire à un Troglodite, que des étrangers avoient pillé sa maison, & avoient tout emporté. S’ils n’étoient pas injustes, repondit-il, je souhaiterois que les Dieux leur en donnassent un plus long usage qu’à moi.

Tant de prosperités ne furent pas regardées sans envie : les Peuples voisins s’assemblerent, & sous un vain prétexte ils resolurent d’enlever leurs troupeaux. Dès que cette resolution fut connuë, les Troglodites envoyerent au devant d’eux des Ambassadeurs, qui leur parlerent ainsi.

Que vous ont fait les Troglodites ? ont-ils enlevé vos femmes, derobé vos bestiaux, ravagé vos campagnes ? Non, nous sommes justes, & nous craignons les Dieux. Que voulez -vous donc de nous ? Voulez vous de la laine pour vous faire des habits ? Voulez-vous du lait pour vos troupeaux, ou des fruits de nos terres ? Posez bas les armes ; venez au milieu de nous, & nous vous donnerons de tout cela : mais nous jurons par ce qu’il y a de plus sacré, que si vous entrez dans nos terres comme ennemis, nous vous regarderons comme un Peuple injuste, & que nous vous traiterons comme des bêtes farouches 3 .

Ces paroles furent renvoyées avec mepris : ces Peuples sauvages entrerent armés dans la terre des Troglodites, qu’ils ne croyoient défendus que par leur innocence.

Mais ils étoient bien disposés à la défense : ils avoient mis leurs femmes & leurs enfans au milieu d’eux : ils furent étonnés de l’injustice de leurs ennemis, & non pas de leur nombre : une ardeur nouvelle s’étoit emparée de leur cœur ; l’un vouloit mourir pour son pere ; un autre pour sa femme, & ses enfans ; celui-ci pour ses freres ; celui-là pour ses amis ; tous pour le Peuple Troglodite : la place de celui qui expiroit, étoit d’abord prise par un autre ; qui, outre la cause commune, avoit encore une mort particuliere à vanger 4 .

Tel fut le combat de l’Injustice, & de la Vertu : ces Peuples lâches, qui ne cherchoient que le butin, n’eurent pas même honte de fuir ; & ils cederent à la vertu des Troglodites, même sans en être touchés.

D’Erzeron le 9. de la Lune de Gemmadi 2 . 1711.




Annotations réduire la fenêtre detacher la fenêtre

1 La génisse était une des victimes offertes dans les sacrifices bibliques : voir Genèse, XV, 9 ; mais l’usage en est aussi commun dans la religion gréco-romaine.

2 Voir Pensées , nº 325, « Ultimus suorum moriatur » (qu’il meure le dernier de sa famille), « imprecation des Romains » ainsi commentée : « terrible peine que de n’avoir point d’enfans qui fussent vos heritiers qui pussent vous doner les honeurs de la sepulture : c’estoit une maniere de penser bien favorable a la propagation de l’espece ».

3 L’offre de paix suit le précepte mosaïque du Deutéronome (XX, 10). Le discours des ambassadeurs rappelle celui des messagers juifs au roi des Ammonites : « Qu’y a-t-il de commun entre vous & moi ? Pourquoi êtes-vous venu m’attaquer & ravager mon païs ? […] Ce n’est donc point moi qui vous fais injure, mais c’est vous qui me la faites, en me déclarant une guerre injuste. Que le Seigneur soit notre arbitre, & qu’il décide aujourd’hui ce différend entre Israël & les enfans d’Ammon. » (Juges, XI, 12 et 27).

4 Faut-il voir là un souvenir de la Bible (Josué, XI, 5-9 ; I Rois (I Samuel), VII ; I Maccabées, III, 10-22) ? Dans les Pensées (n os 558 et 560), Montesquieu attribuera l’invincibilité des Juifs au seul « entousiasme » (donc à une forme de fanatisme) plutôt qu’à un tel dévouement.