Montesquieu bibliothèque & éditions

Éditions fictions poesies lettres persanes LETTRE CXXII

Variantes réduire la fenêtre

VAR1 a flétrit

VAR2 a, b sage

Lettres Persanes

LETTRE CXXII.

Rica à Ibben.
A Smirne.

Tu as ouï parler mille fois du fameux Roi de Suede : il assiegeoit une place dans un Royaume qu’on nomme la Norvege ; comme il visitoit la tranchée seul avec un Ingenieur ; il a reçu un coup dans la tête dont il est mort 1 . On a fait sur le champ arrêter son premier Ministre 2  ; les Etats se sont assemblez, & l’ont condamné à perdre la tête 3 .

Il étoit accusé d’un grand Crime : c’étoit d’avoir calomnié la Nation, & de lui avoir fait perdre la confiance de son Roi : forfait qui, selon moi, merite mille morts.

Car enfin, si c’est une mauvaise action de noircir dans l’esprit du Prince, le dernier de ses Sujets : qu’est-ce lorsque l’on noircit la Nation entiere, & qu’on lui ôte la bienveillance de celui, que la Providence a établi pour faire son bonheur ?

Je voudrois que les hommes parlassent aux Rois, comme les Anges parlent à notre St. Prophete.

Tu sçais que dans les banquets sacrez, où le Seigneur des Seigneurs 4 descend du plus sublime trône du monde, pour se communiquer à ses Esclaves ; je me suis fait une Loi severe de captiver une Langue indocile : on ne m’a jamais vû abandonner une seule parole, qui pût être amere au dernier de ses Sujets : quand il m’a fallu cesser d’être sobre 5 , je n’ai point cessé d’être honnête homme  ; & dans cette épreuve de notre fidelité, j’ai risqué ma vie, & jamais ma vertu.

Je ne sçais comment il arrive qu’il n’y a presque jamais de Prince si mechant, que son Ministre ne le soit encore davantage : s’il fait quelque action mauvaise, elle a presque toujours été suggerée : de maniere que l’ambition des Princes n’est jamais si dangereuse, que la bassesse d’ame de ses Conseillers : mais comprens-tu qu’un homme, qui n’est que d’hier dans le Ministere, qui peut-être n’y sera pas demain, puisse devenir dans un moment l’Ennemi de lui-même, de sa famille, de sa Patrie, & du Peuple qui naîtra à jamais de celui, qu’il va faire opprimer ?

Un Prince a des passions ; le Ministre les remuë : c’est de ce côté-là qu’il dirige son Ministere : il n’a point d’autre but, ni n’en veut connoître : les Courtisans le seduisent par leurs loüanges ; & lui le flatte plus dangereusement par ses Conseils, par les desseins qu’il lui inspire, & par les maximes qu’il lui propose.

A Paris le 25. de la Lune de Saphar. 1719.




Annotations réduire la fenêtre detacher la fenêtre

1 La mort du roi, le 30 novembre 1718, est annoncée dans la Gazette d’Amsterdam du 3 janvier 1719, les circonstances dans les numéros des 6 et 11 janvier. Voir Diego Venturino, « Charles XII, roi de Suède », Dictionnaire Montesquieu .

2 La Gazette d’Amsterdam du 7 février 1719 donne les circonstances de l’arrestation de Görtz ; on dit alors qu’un conseil a été formé pour examiner sa conduite le 10 janvier. Dans le numéro du 10 février il est question de la confiscation d’espèces qu’il a amassées. L’impopularité de Görtz qui, pour assurer la politique belliqueuse de Charles XII, avait instauré un prélèvement d’un septième sur les fortunes privées et le monopole d’État sur le commerce extérieur, tout en créant une monnaie de papier, devait favoriser la réaction nobiliaire à la mort du roi. On pense évidemment à Law.

3 La Gazette d’Amsterdam , vraisemblablement la seule source d’information dont ait pu disposer Montesquieu, à la date du 28 mars annonce la décapitation le 2 mars de Görtz « suivant la sentence qui le condamnoit à ce supplice, pour avoir donné de mauvais conseils au feu Roi, et abusé de l’autorité qui lui avoit été confiée ». Cette lettre, postérieure de six mois à cet événement, se donne comme le commentaire à chaud de l’exécution ; alors que la lettre précédente plaignait les grands tombés dans le malheur, celle-ci dénonce la culpabilité des mauvais ministres, qui jouent auprès du roi le rôle des eunuques auprès du maître (voir Jean Goldzink, La Politique dans les « Lettres persanes » , ENS Fontenay/Saint-Cloud, 1988, p. 30). La Suède sera de nouveau évoquée dans les Lettres 130 et 133.

4 Les mêmes épithètes sont employées dans la Lettre 49 pour faire ressortir les éléments idolâtres du despotisme ; voir I Timothée, VI, 15 : « le Roi des Rois, & le Seigneur des Seigneurs ».

5 Voir Lettre 31, note 2 sur l’intempérance à la cour de Perse.