Montesquieu bibliothèque & éditions

Éditions fictions poesies le temple de gnide Page de titre

Variantes réduire la fenêtre

VAR1 25 P ¶PREFACE

Annotations réduire la fenêtre detacher la fenêtre

1 « La colombe ne surpassera pas vos murmures, le lierre vos embrassements, l’escargot vos baisers ». Montesquieu évite de citer le premier vers, encore plus explicite : « Ite, ait, o pueri, pariter sudate medullis / Omnibus inter vos » (« Allez, enfants, déchaînez-vous en mêlant vos semences » ; Trebellius Pollion, Vie de Gallien, dans Historiae Augustae Scriptores sex, 1603, Catalogue, nº  2842 , p. 266C ). Un extrait en quinze vers donne une traduction très édulcorée de ce passage (OC, t. 17, p. 693 : « Que la colombe vous envie / Vos mutuels ravissements, / Le lierre, vos embrassements »). Montesquieu avait rejeté dans les Pensées (nº 1519) une autre épigraphe en latin (Catulle, XLVIIIa, v. 17-18), qui insistait sur les souffrances de l’amant : « La déesse me connaît bien, elle qui mêle à mes peines une douce amertume » ; il préfère célébrer le partage des plaisirs sensuels, de manière plus manifeste que dans l’édition originale (d’autant que le latin concha, qui signifie coquille, peut aussi désigner aussi le sexe féminin – les lectrices, qui ne connaissaient pas le latin, ne pouvaient s’en formaliser).